Une délégation du Mouvement Burkinabè des droits de l’homme et des peuples (MBDHP) composée de deux responsables à savoir Chrysogone Zougmoré et Ali Sanou, secrétaire général, a rendu une visite de courtoisie au ministère des Droits humains et de la Promotion civique le 24 mai 2019. Le ministre des Droits humains et de la Promotion civique, Madame Maminata Ouattara a réservé un accueil chaleureux à la délégation. Pour elle l’action gouvernementale en matière de promotion des droits humains n’est pas opposée à celle du MBDHP mais complémentaire.

"Une photo de famille du ministre des Droits humains et de la Promotion civique en compagnie

des responsables de services du ministère avec la délégation du MBDHP"

Renforcer les liens entre le ministère des Droits humains et de la Promotion civique et le MBDHP en harmonisant les violons en matière de protection et de promotion des droits de l’homme. Tel est l’objectif principal de la visite des responsables du MBDHP le 24 mai 2019 au cabinet du ministre, Madame  Maminata Ouattara/Ouattara. Les échanges ont porté essentiellement sur le récent rapport du MBDHP sur l’intervention militaire à Kain et environnant. Pour Chrysogone Zougmoré, président du MBDHP, sa structure n’a pas vocation de s’opposer au gouvernement mais joue un rôle de contre-pouvoir pour tirer la sonnette d’alarme en matière de violations des droits de l’homme. « Nous sommes dans un Etat de droit et nous restons sur des principes de droit », a- t-il laissé entendre.  Quant à la ministre, Maminata Ouattara/Ouattara, elle a salué l’initiative de la visite et a réitéré l’engagement du ministère à renforcer cette collaboration dans le but principal du respect des droits humains au Burkina. Pour elle, le défi est commun en ce sens qu’il s’agit de faire en sorte que les populations puissent s’approprier les outils de droits humains pour que le respect des droits de l’homme soit la chose la mieux partagée au Burkina Faso.   

Pour cela, elle a suggéré que des efforts soient fournis en synergie d’action avec le MBDHP pour une meilleure collaboration des forces de défense et de sécurité (FDS) avec  la population.   Chrysogone Zougmoré a mentionné que fort heureusement les exécutions sommaires ont baissé. Pour lui, lorsque les exécutions sommaires sont démultipliées, cela est de nature à encourager les rancœurs qui peuvent contribuer à alimenter les groupes terroristes.  Les services techniques du ministère ont félicité le MBDHP pour cette démarche et ont réitéré leur disponibilité à continuer dans la dynamique collective pour la promotion des droits humains au Burkina Faso. Le ministère des Droits humains et le MBDHP ont pris l’engagement d’anticiper les actions synergiques en mettant l’accent sur la communication institutionnelle et l’information des populations.

Direction de la communication et de la presse ministérielle

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir